Journal de grossesse : Le premier trimestre

28.7.17


Je l’ai annoncé sur le blog dans l’article précédent, je suis enceinte et je fini cette semaine mon quatrième mois. Le temps passe à une vitesse absolument dingue, et j’ai encore l’impression que c’était hier qu’on annonçait l’heureuse nouvelle. Eh bien non, aujourd’hui j’ai un ventre franchement rond et je suis bientôt à la moitié de ce nouveau périple vers l’accouchement...
Quand j’ai appris que j’étais enceinte, j’ai adoré aller voir plein de blogs où les futures mamans témoignaient. Histoire de voir ce qui m’attendait… Du coup, je partage avec vous ma propre expérience du premier trimestre, parce qu’il s’agit avant tout d’une expérience très personnelle basée sur le ressenti.

Premier événement : ça y est, je suis enceinte !

Evidemment, le premier événement significatif du premier trimestre c’est quand on sait que l’on porte la vie. Et c’est quelque chose !
Pour vous remettre dans le contexte, j’ai arrêté la pilule début février 2017, et nous avons volontairement commencé les essais au mois de mars, après un cycle naturel. Je suis tombée enceinte fin mars 2017, comme ça, pouf. Je suis extrêmement consciente de la chance qu’on a de ne pas avoir attendu parce que je conçois la difficulté que ça doit être de vouloir à tout prix un bébé et que ça n’arrive pas. Au-delà de ça, eh bien finalement on ne s’attendait pas à ce que ça nous arrive aussi vite, et c’est bien là tout le paradoxe. Je crois qu’on n’est jamais réellement prêt à concevoir un enfant. C’est tellement de bouleversements intérieurs et extérieurs qu’il faut le vivre pour réellement s’adapter, et je suis bien contente de disposer de 9 mois pour ça...
Si le déroulement qui m’a conduit à faire mon (mes) tests de grossesse vous intéresse, je suis partante pour vous le raconter plus en détail dans un autre article (sinon, ça aurait été bien trop long... ^^).

Mes symptômes

Globalement, je n’ai pas eu beaucoup de symptômes physiques et très honnêtement c’est vraiment une chance, j’en suis consciente ! Pas de nausées (ou 2 ou 3 seulement), pas de vomissements. C’était surtout ça qui me faisait peur, je déteste vomir. En revanche, j’avais assez mal aux seins au début, mais ça n’a pas duré.
Les plus gros symptômes auxquels j’ai eu affaire sont la fatigue et le mal de dos. J’avais déjà mal au dos le soir au moment de se coucher avant d’être enceinte donc je savais que ça allait empirer. Et effectivement, c’est pire. Maintenant, je peux avoir mal au dos dans la journée, et le soir, c’est obligatoire ! Donc c’est assez gênant, notamment parfois pour marcher, et surtout pour bouger, se retourner dans le lit et dormir tout simplement. Un coussin de maternité m’est vraiment indispensable... Rien que ça c’est fatiguant en soi de constamment gérer cette douleur (dans les lombaires principalement), mais j’ai eu également besoin de beaucoup dormir pendant cette période ! Une sieste de plusieurs heures l’après-midi (quand je ne travaillais pas, évidemment) m’était complètement indispensable.

Autre changement : la gestion de mes émotions. Alors, pas un véritable changement en soi parce que je suis quelqu'un d'émotif dans la vie, je prends facilement les choses à cœur, je pleure comme une madeleine devant les films tristes (c'est encore pire quand c'est un documentaire réel), bref, je suis entière, je vis avec mes émotions au quotidien. Mais alors là les gars, c'est l'ouragan. La chiale x1000. Un truc de fou. Et je m'agace plus vite aussi du coup. Bref, j'ai l'impression que tout à une importance capitale. Ça peut être embêtant, mais en même temps, ça m'aide dans certains cheminements que j'avais envie de faire depuis longtemps et qui restaient au point mort... Comme tout est plus fort, ça me permets de mieux me rendre compte des choses que je voudrais vraiment pour moi en quelque sorte.

Dernier “ symptôme ” c’est l’angoisse. Je savais que j’étais quelqu’un en proie à l’angoisse avant, mais je ne mesurais pas à quel point. Je suis constamment en train de penser à plein de choses, et parfois juste à rien de particulier ou d’anxiogène, mais je sens le stress monter quand même. Et c’est très pénible. C’est une intense gêne lancinante dans le ventre… De l’angoisse quoi. Pour moi, c’est en plus très culpabilisant parce que je sais que ça ne fait pas de bien au bébé. C’est un cercle vicieux dont il faut que j’arrive à m’extraire. C’est compliqué pour moi. Je pense que je vais me tourner vers l’acupuncture pour m’aider à gérer les “ crises ”.
D’ailleurs, je ne sais pas vous (s’il y a des mamans avec le même problème qui me lisent, n’hésitez pas à me faire par de votre expérience...) mais pour ma part, les pires moments d’angoisse ont lieu au beau milieu de la nuit et me laisse éveillée jusque très tard… Et donc épuisée. Et la fatigue n’arrange rien bien sûr ! ;D

Bref, surtout, n'hésitez pas à me faire part de votre propre expérience parce que c'est toujours cool de pouvoir échanger sur un tel sujet, et notamment sur vos angoisses et vos techniques à vous pour vous en libérer, ou au moins pour vous apaiser...
Globalement, j'ai passé un premier trimestre plutôt cool, parce que je n'angoisse pas tout le temps et je n'ai pas subi de désagréments particuliers comme les nausées ou les vomissements. Les chamboulements ont été pour moi majoritairement intérieurs finalement, et c'est déjà énorme !

La première échographie

Les choses ont été très vite en fin de compte. J'ai vu la sage-femme qui me suivra tout le long de ma grossesse, et pris rendez-vous pour cet évènement très spécial : la première fois que nous verrons bébé.
Comme d'habitude, j'étais hyper angoissée parce que je me demandais si je n'avais pas fais de fausse couche, si bébé allait bien et tout et tout... Et puis le moment arrive, on s'installe, et on le voit.
Alors, nous on était conscient que c'était notre première rencontre avec lui, mais c'était surtout le moment de vérifier si tout allait bien, donc on n'a pas oublié l'aspect "médical" de ce rendez-vous. On n'a donc pas trop embêté la gynécologue, on a attendu un peu avant de poser des questions. Et finalement, c'est passé tellement vite...
On a l'impression qu'on n'a jamais assez de s'abreuver de ces images ! C'est très très particulier, il faut vraiment le vivre. J'ai eu la larme à l’œil, et Gaël, pareil. Parce que même si moi je sentais qu'il y avait "quelque chose" dans mon ventre, pour le papa c'est beaucoup moins évident, et cette première écho marque vraiment le début du bazar pour lui, et il a vraiment été ému de le voir bouger... Pour moi c'était assez extraordinaire !

En tout cas, tout allait bien, et ça allait me permettre d'entamer le second trimestre plus sereinement (oui, oui, on y croit xD), alors je vous dit à dans peu de temps pour la suite de l'aventure !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire