De l'utilisation du talc en make-up

20.7.17

Que le temps passe vite ! Plus d'un mois que je n'ai pas posté par ici ! Je crois qu'il est temps de faire un petit récapitulatif de ce qui s'est passé pour moi ces derniers temps...

Si vous me suivez sur instagram vous avez peut-être appris la nouvelle : Je suis enceinte !
Oui, bon je sais, annoncé comme ça c'est un peu brutal, mais en même temps... Au moins vous savez et on peut passer aux choses plus rigolotes ! :D
Donc, je début actuellement mon 5ème mois (O_o what ???) et... C'est passé trop trop vite. J'ai quasiment fait la moitié.

Bref, ce n'était pas le sujet du jour pour ce billet, donc je vais revenir plus tard à des sujets sur la maternité (je vous prépare notamment un article sur mon vécu du premier trimestre et j'ai d'autres idées en tête), non, je voulais vous parler de l'utilisation du talc en maquillage, alors c'est parti !

Pour vous raconter la petite histoire, depuis quelques temps maintenant, j'utilise du talc (oui oui, la poudre pour bébé) comme poudre de finition pour mon visage tout simplement comme dupe (si on veut) des fameuses poudres très fines et blanches type poudre HD de MUFE et autres Ben nye.
Très honnêtement, j'étais ravie de cette trouvaille (qui circulait quand même depuis un moment sur le net). Et puis, décidée  vous faire un article hyper positif sur le bazar, j'ai commencé à faire des recherches... Et c'est là que tout se gâte, ça ne pouvait pas être aussi beau. Lisez donc la suite.

Petit point chimie

Bon, déjà, je crois qu'on sait tous à peu près ce que c'est que le talc. C'est une poudre extrêmement fine et blanche connue pour ses vertus matifiante et absorbante. Il est (était ?) utilisé notamment par les femmes pour les femmes ainsi que le soin du siège des bébés. Il s'agit en fait d'une réduction de silicate de magnésium.

Scandales

Cependant, il y a eu plusieurs scandales liés au talc. Le premier au début des années 70 concernait le talc Morhange qui est à l'origine du décès de 36 bébés en raison d'une erreur de manipulation à l'usine. Le talc contenait en effet un puissant bactéricide mortel a haute dose... Sinistre, mais ça ne remet pas en cause le talc en lui-même.

En revanche, pas de bol pour le talc Johnson & Johnson. L'entreprise a été condamnée pour avoir commercialisé du talc en sachant que celui-ci était cancérigène (et a causé notamment des cancers des ovaires chez des femmes).
En effet, le talc peut contenir des traces de fer, d'aluminium, de nickel et même d'amiante. Et c'est évidemment ce dernier petit détail qui pose question ici (mais bon, perso, les autres aussi). Apparemment, le talc de J&J proviendrait d'une carrière où le talc contiendrait de l'amiante.

Questionnements

Bon, alors-là, je vous avoue que j'ai commencé à paniquer. Oui, les gars, je suis enceinte. Bon, calmons-nous, je vous explique :
Aujourd'hui, et heureusement, les filiales de talc sont contrôlées (du moins en Europe), c'est-à-dire que les fabricants doivent fournir un certificat de pureté du talc (si j'ai bien tout compris) et doivent donc s'assurer que le talc ne contient pas d'amiante (et pour le reste ?).
Ensuite je suis tombée sur cet article publié sur le site de l'Andeva (qui est une association de défenses des victimes de l'amiante) qui sous entend que la traçabilité de la matière première utilisée serait recommandée depuis 2012. Et je me pose la question : avons-nous assez de recul ?

Personnellement, je trouve que tout cela nous laisse dans le flou. Ok, les filiales sont peut-être aujourd'hui contrôlée et si c'est le cas, tant mieux. Mais en attendant d'avoir le fin mot de l'histoire, ne vaut-il pas mieux appliquer le principe de précaution ?

Conclusion

Je crois que cet article finira tout simplement en queue de poisson. Chacun est libre d'utiliser le produit qu'il veut et de se faire son propre avis. A mon sens, je trouve que nous n'avons pas assez de recul, ou en tout cas, je n'ai pas assez d'informations sur le sujet pour émettre un avis formel. Et comme je suis du genre prudente sur ces choses-là (parce que je pense qu'on est beaucoup à ne pas vouloir se tartiner de l'amiante sur la face...) je préfère finalement appliquer un principe de précaution et ne plus utiliser mon pot de talc joyeusement sur ma peau. Parce que bon, on l’inhale aussi quand même un minimum !

Et j'ai quand même trouvé une alternative à ce minéral qui faisait somme toute bien le job : la fécule de maïs qu'on a tous dans nos placards ! Je pense que je vais me laisser tenter... Et au moins, c'est une alternative végétale...

Et le mot de la fin : Ça me donne plus qu'envie de me tourner vers du maquillage minéral (type Lily Lolo, mais y'en a plein d'autre) alors affaire à suivre ! Dîtes moi en commentaire si vous avez déjà sauté le pas et si vous avez des marques à me recommander !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire