Journal de grossesse : Le premier trimestre

28.7.17


Je l’ai annoncé sur le blog dans l’article précédent, je suis enceinte et je fini cette semaine mon quatrième mois. Le temps passe à une vitesse absolument dingue, et j’ai encore l’impression que c’était hier qu’on annonçait l’heureuse nouvelle. Eh bien non, aujourd’hui j’ai un ventre franchement rond et je suis bientôt à la moitié de ce nouveau périple vers l’accouchement...
Quand j’ai appris que j’étais enceinte, j’ai adoré aller voir plein de blogs où les futures mamans témoignaient. Histoire de voir ce qui m’attendait… Du coup, je partage avec vous ma propre expérience du premier trimestre, parce qu’il s’agit avant tout d’une expérience très personnelle basée sur le ressenti.

Premier événement : ça y est, je suis enceinte !

Evidemment, le premier événement significatif du premier trimestre c’est quand on sait que l’on porte la vie. Et c’est quelque chose !
Pour vous remettre dans le contexte, j’ai arrêté la pilule début février 2017, et nous avons volontairement commencé les essais au mois de mars, après un cycle naturel. Je suis tombée enceinte fin mars 2017, comme ça, pouf. Je suis extrêmement consciente de la chance qu’on a de ne pas avoir attendu parce que je conçois la difficulté que ça doit être de vouloir à tout prix un bébé et que ça n’arrive pas. Au-delà de ça, eh bien finalement on ne s’attendait pas à ce que ça nous arrive aussi vite, et c’est bien là tout le paradoxe. Je crois qu’on n’est jamais réellement prêt à concevoir un enfant. C’est tellement de bouleversements intérieurs et extérieurs qu’il faut le vivre pour réellement s’adapter, et je suis bien contente de disposer de 9 mois pour ça...
Si le déroulement qui m’a conduit à faire mon (mes) tests de grossesse vous intéresse, je suis partante pour vous le raconter plus en détail dans un autre article (sinon, ça aurait été bien trop long... ^^).

Mes symptômes

Globalement, je n’ai pas eu beaucoup de symptômes physiques et très honnêtement c’est vraiment une chance, j’en suis consciente ! Pas de nausées (ou 2 ou 3 seulement), pas de vomissements. C’était surtout ça qui me faisait peur, je déteste vomir. En revanche, j’avais assez mal aux seins au début, mais ça n’a pas duré.
Les plus gros symptômes auxquels j’ai eu affaire sont la fatigue et le mal de dos. J’avais déjà mal au dos le soir au moment de se coucher avant d’être enceinte donc je savais que ça allait empirer. Et effectivement, c’est pire. Maintenant, je peux avoir mal au dos dans la journée, et le soir, c’est obligatoire ! Donc c’est assez gênant, notamment parfois pour marcher, et surtout pour bouger, se retourner dans le lit et dormir tout simplement. Un coussin de maternité m’est vraiment indispensable... Rien que ça c’est fatiguant en soi de constamment gérer cette douleur (dans les lombaires principalement), mais j’ai eu également besoin de beaucoup dormir pendant cette période ! Une sieste de plusieurs heures l’après-midi (quand je ne travaillais pas, évidemment) m’était complètement indispensable.

Autre changement : la gestion de mes émotions. Alors, pas un véritable changement en soi parce que je suis quelqu'un d'émotif dans la vie, je prends facilement les choses à cœur, je pleure comme une madeleine devant les films tristes (c'est encore pire quand c'est un documentaire réel), bref, je suis entière, je vis avec mes émotions au quotidien. Mais alors là les gars, c'est l'ouragan. La chiale x1000. Un truc de fou. Et je m'agace plus vite aussi du coup. Bref, j'ai l'impression que tout à une importance capitale. Ça peut être embêtant, mais en même temps, ça m'aide dans certains cheminements que j'avais envie de faire depuis longtemps et qui restaient au point mort... Comme tout est plus fort, ça me permets de mieux me rendre compte des choses que je voudrais vraiment pour moi en quelque sorte.

Dernier “ symptôme ” c’est l’angoisse. Je savais que j’étais quelqu’un en proie à l’angoisse avant, mais je ne mesurais pas à quel point. Je suis constamment en train de penser à plein de choses, et parfois juste à rien de particulier ou d’anxiogène, mais je sens le stress monter quand même. Et c’est très pénible. C’est une intense gêne lancinante dans le ventre… De l’angoisse quoi. Pour moi, c’est en plus très culpabilisant parce que je sais que ça ne fait pas de bien au bébé. C’est un cercle vicieux dont il faut que j’arrive à m’extraire. C’est compliqué pour moi. Je pense que je vais me tourner vers l’acupuncture pour m’aider à gérer les “ crises ”.
D’ailleurs, je ne sais pas vous (s’il y a des mamans avec le même problème qui me lisent, n’hésitez pas à me faire par de votre expérience...) mais pour ma part, les pires moments d’angoisse ont lieu au beau milieu de la nuit et me laisse éveillée jusque très tard… Et donc épuisée. Et la fatigue n’arrange rien bien sûr ! ;D

Bref, surtout, n'hésitez pas à me faire part de votre propre expérience parce que c'est toujours cool de pouvoir échanger sur un tel sujet, et notamment sur vos angoisses et vos techniques à vous pour vous en libérer, ou au moins pour vous apaiser...
Globalement, j'ai passé un premier trimestre plutôt cool, parce que je n'angoisse pas tout le temps et je n'ai pas subi de désagréments particuliers comme les nausées ou les vomissements. Les chamboulements ont été pour moi majoritairement intérieurs finalement, et c'est déjà énorme !

La première échographie

Les choses ont été très vite en fin de compte. J'ai vu la sage-femme qui me suivra tout le long de ma grossesse, et pris rendez-vous pour cet évènement très spécial : la première fois que nous verrons bébé.
Comme d'habitude, j'étais hyper angoissée parce que je me demandais si je n'avais pas fais de fausse couche, si bébé allait bien et tout et tout... Et puis le moment arrive, on s'installe, et on le voit.
Alors, nous on était conscient que c'était notre première rencontre avec lui, mais c'était surtout le moment de vérifier si tout allait bien, donc on n'a pas oublié l'aspect "médical" de ce rendez-vous. On n'a donc pas trop embêté la gynécologue, on a attendu un peu avant de poser des questions. Et finalement, c'est passé tellement vite...
On a l'impression qu'on n'a jamais assez de s'abreuver de ces images ! C'est très très particulier, il faut vraiment le vivre. J'ai eu la larme à l’œil, et Gaël, pareil. Parce que même si moi je sentais qu'il y avait "quelque chose" dans mon ventre, pour le papa c'est beaucoup moins évident, et cette première écho marque vraiment le début du bazar pour lui, et il a vraiment été ému de le voir bouger... Pour moi c'était assez extraordinaire !

En tout cas, tout allait bien, et ça allait me permettre d'entamer le second trimestre plus sereinement (oui, oui, on y croit xD), alors je vous dit à dans peu de temps pour la suite de l'aventure !

De l'utilisation du talc en make-up

20.7.17

Que le temps passe vite ! Plus d'un mois que je n'ai pas posté par ici ! Je crois qu'il est temps de faire un petit récapitulatif de ce qui s'est passé pour moi ces derniers temps...

Si vous me suivez sur instagram vous avez peut-être appris la nouvelle : Je suis enceinte !
Oui, bon je sais, annoncé comme ça c'est un peu brutal, mais en même temps... Au moins vous savez et on peut passer aux choses plus rigolotes ! :D
Donc, je début actuellement mon 5ème mois (O_o what ???) et... C'est passé trop trop vite. J'ai quasiment fait la moitié.

Bref, ce n'était pas le sujet du jour pour ce billet, donc je vais revenir plus tard à des sujets sur la maternité (je vous prépare notamment un article sur mon vécu du premier trimestre et j'ai d'autres idées en tête), non, je voulais vous parler de l'utilisation du talc en maquillage, alors c'est parti !

Pour vous raconter la petite histoire, depuis quelques temps maintenant, j'utilise du talc (oui oui, la poudre pour bébé) comme poudre de finition pour mon visage tout simplement comme dupe (si on veut) des fameuses poudres très fines et blanches type poudre HD de MUFE et autres Ben nye.
Très honnêtement, j'étais ravie de cette trouvaille (qui circulait quand même depuis un moment sur le net). Et puis, décidée  vous faire un article hyper positif sur le bazar, j'ai commencé à faire des recherches... Et c'est là que tout se gâte, ça ne pouvait pas être aussi beau. Lisez donc la suite.

Petit point chimie

Bon, déjà, je crois qu'on sait tous à peu près ce que c'est que le talc. C'est une poudre extrêmement fine et blanche connue pour ses vertus matifiante et absorbante. Il est (était ?) utilisé notamment par les femmes pour les femmes ainsi que le soin du siège des bébés. Il s'agit en fait d'une réduction de silicate de magnésium.

Scandales

Cependant, il y a eu plusieurs scandales liés au talc. Le premier au début des années 70 concernait le talc Morhange qui est à l'origine du décès de 36 bébés en raison d'une erreur de manipulation à l'usine. Le talc contenait en effet un puissant bactéricide mortel a haute dose... Sinistre, mais ça ne remet pas en cause le talc en lui-même.

En revanche, pas de bol pour le talc Johnson & Johnson. L'entreprise a été condamnée pour avoir commercialisé du talc en sachant que celui-ci était cancérigène (et a causé notamment des cancers des ovaires chez des femmes).
En effet, le talc peut contenir des traces de fer, d'aluminium, de nickel et même d'amiante. Et c'est évidemment ce dernier petit détail qui pose question ici (mais bon, perso, les autres aussi). Apparemment, le talc de J&J proviendrait d'une carrière où le talc contiendrait de l'amiante.

Questionnements

Bon, alors-là, je vous avoue que j'ai commencé à paniquer. Oui, les gars, je suis enceinte. Bon, calmons-nous, je vous explique :
Aujourd'hui, et heureusement, les filiales de talc sont contrôlées (du moins en Europe), c'est-à-dire que les fabricants doivent fournir un certificat de pureté du talc (si j'ai bien tout compris) et doivent donc s'assurer que le talc ne contient pas d'amiante (et pour le reste ?).
Ensuite je suis tombée sur cet article publié sur le site de l'Andeva (qui est une association de défenses des victimes de l'amiante) qui sous entend que la traçabilité de la matière première utilisée serait recommandée depuis 2012. Et je me pose la question : avons-nous assez de recul ?

Personnellement, je trouve que tout cela nous laisse dans le flou. Ok, les filiales sont peut-être aujourd'hui contrôlée et si c'est le cas, tant mieux. Mais en attendant d'avoir le fin mot de l'histoire, ne vaut-il pas mieux appliquer le principe de précaution ?

Conclusion

Je crois que cet article finira tout simplement en queue de poisson. Chacun est libre d'utiliser le produit qu'il veut et de se faire son propre avis. A mon sens, je trouve que nous n'avons pas assez de recul, ou en tout cas, je n'ai pas assez d'informations sur le sujet pour émettre un avis formel. Et comme je suis du genre prudente sur ces choses-là (parce que je pense qu'on est beaucoup à ne pas vouloir se tartiner de l'amiante sur la face...) je préfère finalement appliquer un principe de précaution et ne plus utiliser mon pot de talc joyeusement sur ma peau. Parce que bon, on l’inhale aussi quand même un minimum !

Et j'ai quand même trouvé une alternative à ce minéral qui faisait somme toute bien le job : la fécule de maïs qu'on a tous dans nos placards ! Je pense que je vais me laisser tenter... Et au moins, c'est une alternative végétale...

Et le mot de la fin : Ça me donne plus qu'envie de me tourner vers du maquillage minéral (type Lily Lolo, mais y'en a plein d'autre) alors affaire à suivre ! Dîtes moi en commentaire si vous avez déjà sauté le pas et si vous avez des marques à me recommander !

Mes indispensables : le teint

10.6.17

Je vous retrouve avec un article sur une nouvelle série que j'inaugure, à savoir : mes indispensables. Aujourd'hui ce sont mes indispensables spécial teint ! Je vais donc vous regrouper tous les "outils" que j'utilise pour travailler mon teint au quotidien. Le but du jeu c'est que vous aussi vous me partagiez vos indispensables en la matière dans les commentaires pour que je puisse faire de nouvelles découvertes... ^^

1 - Le beauty blender

Celui-là c'est évident que c'est mon number one. Et je pense qu'il l'est pour bon nombre d'entre vous, n'est-ce pas ? Cette petite éponge en forme d’œuf est vraiment géniale... L'application du fond de teint est très homogène, sans effet plâtre, bien fondue avec la peau. Je l'utilise également pour l'anti-cerne et la poudre translucide que je mets sous les yeux pour la technique du "baking" quand j'ai une soirée.
Je l'utilise également quand j'ai terminé de faire mon teint, je tapote une dernière fois sur tout mon visage pour bien homogénéiser le tout. Magique !

2 - Le kabuki plat (F80 de chez Sigma)

Celui-là je m'en sers plus les jours où je suis en retard (c'est-à-dire environ 3 jours sur 5) et que j'ai besoin d'aller plus vite qu'avec le beauty blender... Je l'aime donc beaucoup pour ça et le fait qu'il ne laisse pas de trace de pinceau aussi... En résumé il fait le job vite et bien. Alors, en revanche je ne l'utilise plus sur les fonds de teint en stick, la matière est trop épaisse et ça laisse des traces. Pour ça, je prends le beauty blender. Sur les fonds de teint liquide c'est parfait.

3 - Le multi-tasker de Real Techniques

Ce pinceau me sert pour la poudre, le blush et le bronzer. Et parfois même pour le fond de teint. Rien que ça. Il est super doux, fait le job parfaitement, ses poils fluffy diffusent très bien la matière. Il est pile la taille qu'il faut... Vraiment celui-là je l'adore.

4 - Le pinceau highlighter (F35 de chez Sigma)

Et pour terminer, ce pinceau est aussi un indispensable pour moi parce que j'adore l'enlumineur. J'en mets très régulièrement. Et ce pinceau me sert également quand je veux faire un peu de contouring parce qu'il est plus précis que le Real Techniques. Evidemment, ça ne sera pas un indispensable pour tout le monde, mais moi je l'emmène partout !
Voyez, je n'ai que 4 essentiels en outil pour le teint ! Je m'étonne moi-même à vrai dire ! xD Et ça se réduit à 3 quand je pars en week-end puisque je n'emporte généralement pas le kabuki avec moi... Donc c'est plutôt cool !
Et vous alors, quels sont vos indispensables ?